RSS
 

C’est à toi de faire attention

15 mar

Vous savez ce que ça fait un scooter contre un rhinocéros?

 

La ville est une jungle, dit-on.
t-on.
Ok c’est nase.
La ville est une jungle, doncques. J’ai envie de dire, en fait, non. Dans la vraie jungle, la loi du plus fort règne. Les animaux les plus vulnérables ne se frottent pas aux plus forts, parce qu’ils sont peut-être plus fragiles, mais ils ne sont pas plus cons. Manifestement, sur la route, c’est l’inverse.

Dans notre jungle moderne, quels sont les animaux les plus vulnérables? Dans l’ordre du plus con au plus fragile: Les scooters, et les piétons.

Les scooters d’abord.
Les scooters sont comme les guêpes qui deviennent folles un jour de mistral. Le scooteux, dès qu’il pose son cul sur la selle, devient incapable de suivre un flot de circulation normal, c’est contre sa nature. A coté, devant, de travers, n’importe où, peu importe tant que c’est pas derrière une voiture. Même si ça roule, hein, c’est une question de principe. Rien que l’idée de devoir rester derrière un véhicule plus d’une demi-seconde le rend fou. De façon inexorable, il va chercher à vous passer sous le nez, forcer le passage même -et surtout- quand la place n’y est pas, cerveau en mode off comme une mite sur une flamme, au mépris des règles les plus élémentaires de sécurité. De leur propre sécurité. Hé oui, car le pire est bien là. Il faut savoir que dans leur tête, ils sont persuadés que, et je cite un scooteux: « moi je suis fragile c’est à toi de faire attention » (sic), énormité qu’avait beuglée un abruti surgit d’une voie à contre-sens que j’aurais écrabouillé si j’avais pu je n’avais pas eu un réflexe surhumain quand il s’est jeté sous mes roues.
« moi je suis fragile c’est à toi de faire attention » N’est-ce pas savoureux? Ce à quoi j’avais répondu que « quand tu seras dans un fauteuil roulant, tu pourras toujours brailler que c’était à l’autre de faire attention, ça te fera une belle jambe, connard. » Avoir abandonné son propre instinct de survie pour gratter un mètre, c’est fort.
« moi je suis fragile c’est à toi de faire attention » Ou l’art de pouvoir faire n’importe quoi en comptant sur les autres pour éviter les accidents.
Dans la vraie jungle, est-ce qu’on verrait ces connards courir au milieu d’un troupeau de rhinocéros* en charge? Oh ben oui, sans doute, puisque c’est au rhinocéros de faire attention© Je me gausse. Ils serreraient les fesses en flippant leur race, ça oui.
*Oui je sais, le rhinocéros est un animal solitaire

Et il y a le piéton, aussi. Le piéton, quand il voit arriver sur lui 2 tonnes de métal, ne se dépêche pas. Il est dans son bon droit. Oh, oui, certes, la loi dit qu’il est prioritaire, tout ça. Et si le conducteur, par exemple, ne l’avait pas vu traverser? Si ce dernier était occupé à surveiller dans son rétro latéral ce connard de scooter qui veut absolument se jeter sous ses roues? Il se passerait que le conducteur serait en tort, mais le piéton serait mort. Alors franchement, que l’on m’explique parce que vraiment j’ai du mal, à quoi ça peut bien avancer de se dire que c’est l’autre qui est en tort, quand on est mort ou paralysé à vie? Ça fait repousser les jambes? Est-ce que ces mêmes gens, au zoo, iraient mettre leur bras à travers les barreaux de la cage du tigre sans avoir peur, parce qu’après tout, le tigre n’a pas le droit de le bouffer? Ben oui mais s’il le bouffe quand même, tu fais quoi, pauvre con? Tu appelles ton avocat, car il était en tort? Ça fait repousser les bras, les avocats?
Le même piéton au milieu de la savane, il bougerait son cul si un rhinocéros lui fonçait dessus.

La moralité de tout ça, n’est pas de donner raison au rhinocéros, non. Mais essayer de faire comprendre que quand on est vulnérable, physiquement, c’est pas la loi qui vous protège.
Scooters et piétons de tous les pays, faites gaffe, la ville est une jungle.

Alors, voir un cadavre tous les 4 matins sur la route du travail, à force, on s’habitue, on peut se dire que c’est une forme de sélection naturelle, ça fait des organes frais disponibles à la greffe, mais le vrai souci c’est que ça fait des bouchons sur le trajet, et ça, ça fait chier. Au prix où on est payés pour glander au boulot, la moindre des choses c’est d’arriver à l’heure.

Scooter Devil
Scooter Devil

 

Rhino des villes

Rhino des villes

 

Mort aux chewing-gum au travail

05 jan

C’est vrai quoi.

Mâcher un chewing-gum au travail, déjà, c’est exposer ses petits camarades à la vision même périphérique d’une mâchoire qui fait rien qu’à remuer en face de vous alors qu’on a rien demandé, et vraiment, c’est assez insoutenable de voir un blaireau en train de ruminer.

Mais le pire de tout, ce qui mérite le goulag sur 30 générations, c’est la masticage AU TELEPHONE, ce doux gniak, gniak entre 2 mots, même pendant les mots, la mâchoire du connard étant lancée dans un rythme automatique, rien ne l’arrêtera, et ça, ça, vraiment, ça donne envie d’envahir la pologne, après s’être soigné les oreilles.

Et je m’en fous qu’untel se soit mis au chewing-gum pour arrêter de fumer, je m’en fous moi! Je ne suis pas son médecin! Alors qu’il refume et me fasse plus chier!©

Le chewing-gum au travail, ça mérite la mort létale jusqu’à que mort s’ensuive.

 

 

 

Les Nazis et l’orthographe

01 déc

C’est quoi un Grammar Nazi?

Le logo Grammar Nazi

Brrrr…Nazi, bouh, pas bien! Méchant!

 

Bon c’est vrai, il faut reconnaitre que les nazis n’ont pas fait que des choses bien, ce qui peut expliquer leur mauvaise image dans l’inconscient collectif, mais en l’occurrence, quand on parle de « quelque-chose nazi » il ne s’agit pas d’évoquer des combattants anti-bolchéviques en costume Hugo Boss, mais tout simplement d’un jusqu’au-boutiste intransigeant sur un sujet particulier. On retrouve aussi le moins polémique « taliban quelque-chose« . Mais c’est moins classe: les talibans n’ont jamais été habillés par Hugo Boss, eux.

Alors c’est quoi un Grammar Nazi? Pour ceux qui ne sont pas allés à l’école, c’est de l’anglais, en fait. Enfin, surtout Grammar, parce que Nazi ça n’a jamais été anglais, si on excepte Oswald Mosley. Un Grammar Nazi c’est un « extrémiste »… de l’orthographe et de la grammaire, du genre qui exterminerait volontiers tous ceux qui commettent des fautes grossières à grands coups de Bescherelle dans la gueule. Parfois dans la vraie vie, mais surtout sur Internet. Et là, comme tout se passe par écrit, on constate avec effroi le niveau de langage de nos congénères. Que ça soit au détour d’un forum, une annonce Leboncoin ou n’importe quel commentaire Facebook ou assimilé, il y a de quoi se pendre.

Alors oui sur Internet il ne s’agit pas de s’exprimer comme dans un livre, non plus. Un GN (GN=Grammar Nazi, suivez merde!) ne dira rien quand on utilise « ça » à la place de « cela ». Faut pas déconner. Et même sur une « vraie » faute, tant que c’est une faute de frappe, d’inattention, celle qui aurait été corrigée après une relecture, c’est pas très grave. Par contre, passé le CM2, les sous-humains illettrés qui écrivent « sa » à la place de « ça », par exemple, méritent le suicide assisté. Minimum.

Parmi les perles les plus courantes, on peut trouver:

  • Ils croivent (Ils croient)
  • Je ne suis pas prête de partir (Je ne suis pas près de partir. Même au féminin. Près de ou prêt(e) à, il faut choisir, mais pas de mélange possible.)
  • Aussi non on vient demain (Ou sinon on vient demain)
  • Il est fort, comme même (Il est fort, quand même)
  • Pour pallier à ça (Pour pallier ça. Pallier=résoudre. Personne ne résout à quelque-chose…)
  • Je pars en ballade (Je pars en balade. Une ballade, c’est un poème chanté…)
  • Il a tord (Il a tort. T-O-R-T.)
  • Page d’acceuil (Page d’accueil. Sauf si c’est une page d’axeuil. Parce que acce ça se prononce axe, comme dans accent ou accélérer)
  • Une gallerie (Galerie. C’est en anglais qu’on met deux L)
  • Au jour d’aujourd’hui (Hui signifiant déjà « le jour présent », aujourd’hui est presque un pléonasme. Alors « au jour d’au jour du jour présent »… on a compris je pense.

 

Dans la famille « je mets des H partout » (je leur mettrais volontiers des H partout, surtout dans la gueule) je voudrais:

  • Exhorbitant (exorbitant, comme ex-orbitant, qui est à l’extérieur de la limite)
  • athmo (atmo, abréviation de atmosphérique)
  • Authorisation (Autorisation. Pourrissage à cause de l’anglais Authorization)

 

Jouons aux chaises musicales avec les U!

  • Language (Langage. Encore un pourrissage à cause de l’anglais language)
  • Geule (pour dire gueule, si si…)

 

Et le très à la mode

  • C’est juste énorme (C’est énorme. Car non, on n’emploie pas « juste » devant un adjectif subjectif)

 

Dans la vraie vie, mention spéciale au magasin MacDan à Briançon qui n’a toujours pas corrigé ses horribles affichettes « Afin de pallier aux risques de vol » malgré mes nombreuses remarques. Habituellement je corrige moi-même au stylo tel un vandale des temps modernes, mais là à mon grand dam elles sont plastifiées et derrière les caissières hôtesses de caisse, ces dernières étant de piètres interlocutrices pour ce type de requête du fait qu’indépendamment de leur sympathie elles n’ont manifestement pas inventé la poudre à couper l’eau chaude.

Afin de me préserver d’un accident cardio-vasculaire, je n’évoquerai pas le langage SMS.

 

The best Grammar Nazi sketch ever (ouais je mets la description en anglais vu que le sketch l’est)

Who actually cares?